Chronologie du mouvement libertaire en France

De Anarchopedia.

Sommaire

[modifier] Histoire du mouvement libertaire en France

Cette présentation privilégie une vision de l'histoire du mouvement libertaire plutôt axée sur l'aspect organisationnel et la presse libertaire. Volontairement, les événements historiques ainsi que les militantes et militants ont été écartés de cette présentation.

Cette page ayant été modifiée à maintes reprises par plusieurs éditeurs, elle est de fait très éloignée de la première version originale. De plus elle présente des points de vue très partiaux sinon erronés de l'histoire du mouvement

[modifier] XIXe  siècle

[modifier] Première moitié du XXe  siècle

  • 1906. La Charte d'Amiens est adoptée par la CGT.
  • 1907. Du 25 au 30 août se tient le Congrès anarchiste international d'Amsterdam
  • 1910. Naissance d'une éphémère Alliance communiste anarchiste.
  • 1911. Une Fédération communiste anarchiste (FCA) voit le jour avec, pour secrétaire, Louis Lecoin.
  • 1913. Une Fédération communiste révolutionnaire anarchiste succède à la FCA en août, Sébastien Faure en est l'animateur.
  • 1914-1918. Première Guerre mondiale, certains anarchistes se rallient à l'Union sacrée et publient le Manifeste des Seize (dont Jean Grave, Pierre Kropotkine...) en soutien aux alliés contre l'Allemagne.
  • 1917. Révolution russe. Le 15 juin paraît un premier numéro clandestin du Libertaire.
  • 1919. Le 26 janvier, une nouvelle série hebdomadaire du Libertaire reparaît, la création prochaine d'une Fédération anarchiste est annoncée.
  • 1920. En novembre, une Union Anarchiste (UA) se reconstitue sur des bases violemment hostile aux bolcheviks.
  • 1923. Le 4 décembre marque le premier numéro du Libertaire quotidien.
  • 1925. Des Russes en exil se retrouvent à Paris et fondent avec Makhno et Archinov la revue Dielo Trouda (la Cause du travail). Le 26 mars, le Libertaire cesse sa parution quotidienne et redevient hebdomadaire.
  • 1926. En juin paraît le « projet de plate-forme organisationnelle pour une Union générale des anarchistes », plus connu sous le nom de « plate-forme d'Archinov ». Voline répond à cette plate-forme par son projet de « Synthèse » dans son article « le problème organisationnel et l'idée de synthèse ». L'UA se transforme en juillet, après son congrès d'Orléans, en Union anarchiste communiste (UAC), une opposition grandissante se développe entre partisans de la plate-forme et partisans de la Synthèse. Les syndicalistes révolutionnaires quittent la CGT et fondent la CGT-SR avec, pour secrétaire, Julien Toublet.
  • 1927. Nicolas Sacco et Bartolomeo Vanzetti sont exécutés. L'UAC devient majoritairement plateformiste au congrès de Paris des 30 octobre et 1er novembre. Les synthésistes minoritaires quittent l'UAC et fondent l'Association des fédéralistes anarchistes (AFA) qui diffusera le Trait d'union libertaire puis la Voix libertaire.
  • 1930. À l'issue de congrès de l'UACR, des groupes synthésistes réintègrent les rangs de l'UACR.
  • 1934. L'UACR prend l'initiative de convoquer un congrès en vue de réaliser l'unité de tous les anarchistes. L'antifascisme doit servir à cimenter cette union. Le congrès se tient à Paris les 20 et 21 mai, on décide de revenir à l'appellation « Union anarchiste » et l'AFA profite de cette occasion pour se dissoudre et réintégrer l'organisation. Une Fédération communiste libertaire se créée sur une scission de l'UA.
  • 1936. Front populaire et Révolution espagnole. Les anarchistes sont investis dans Solidarité internationale antifasciste (SIA). Une Fédération anarchiste de langue française (FAF) se développe à partir d'une scission de l'UA, qui dénonce la collusion des libertaires avec le Front populaire ainsi qu'une critique de la participation de la CNT-FAI au gouvernement républicain en Espagne. La FAF édite Terre libre auquel collabore Voline. Avant-guerre coexistent donc deux organisations, l'Union anarchiste (UA), qui a pour organe le Libertaire et la Fédération anarchiste française (FAF) avec pour journal Terre libre. Celles-ci n'ayant prévu aucune structure clandestine disparaissent rapidement à la déclaration de guerre.
  • 1943. 19 juillet, une réunion clandestine de militants, dite de la Fédération internationale syndicaliste révolutionnaire, se tient à Toulouse.
  • 1944. Le 15 janvier, est mise au point une charte de la nouvelle Fédération anarchiste (FA) approuvée à la rencontre d'Agen les 29 et 30 octobre, la décision est prise de faire reparaître le Libertaire comme lien. Le premier numéro date de décembre 1944.
  • 1945. Septembre, reparution irrégulière puis bimensuelle du Libertaire en tant qu'organe. Les 6 et 7 octobre se tiennent les Assises du mouvement libertaire. Le 20 octobre, début des travaux du congrès constitutif de la Fédération anarchiste qui se tiendra à Paris le 2 décembre. Elle est composée d'une majorité de militants de l'ancienne FA (synthésiste) et quelques militants de l'ancienne Union anarchiste (UA, qui soutenait la politique de collaboration Confédération nationale du travail / Fédération anarchiste ibérique (CNT/FAI) au gouvernement républicain), pendant la guerre d'Espagne et de jeunes militants issus de la résistance. Les Jeunesses libertaires, organisation satellite de la FA voient le jour. La FA regroupe donc l'ensemble des libertaires français à l'exception de certains individualistes regroupés autour d'Emile Armand (ceux-ci publient l'Unique et l'En-dehors) et de certains pacifistes, avec Louvet et Maille qui publient À contre-courant. Une structure confédérale est mise en place : « le mouvement libertaire », qui coordonne les efforts de publication avec le courant Louvet (journal Ce qu'il faut dire), la minorité anarcho-syndicaliste de la CGT réunifiée (FSF – Fédération syndicaliste française représentant la tendance « Action syndicaliste ») et le Libertaire.
  • 1946. Dès le début, les tendances individualiste et communiste libertaire cohabitent mal au sein de la FA. Les dissensions politiques se doublent d'un conflit de générations. George Fontenis, considéré comme consensuel car lié à aucun clan, est élu secrétaire général de la FA au 2e congrès de Dijon. Le 6 décembre, la FSF se transforme en Confédération nationale du travail (CNT), elle adopte la charte de Paris et fait paraître le Combat syndicaliste. Le Libertaire devient hebdomadaire à partir du mois d'avril.
  • 1947. George Fontenis est reconduit dans ses fonctions de secrétaire général de la FA au 3e congrès d'Angers. Des militants de la FA participent à la naissance de la Confédération générale du travail – Force ouvrière (CGT-FO) suite à la main-mise du Parti communiste français sur la CGT et à l'affaiblissement de la CNT résultant des nombreuses tensions internes.
  • 1949. La FA participe au congrès anarchiste international de Puteaux, qui accueille aussi bien des organisations structurées (Grande-Bretagne) que des groupes autonomes ou des individus (Allemagne, États-Unis d'Amérique, Bolivie, Cuba, Argentine, Pérou...).
  • 1950. Au début de l'année, une partie des communistes libertaires de la FA s'organisent en fraction, qu'ils nommeront Organisation Pensée Bataille (OPB), et qui a pour but d’imposer une ligne politique unique, une organisation forte et structurée, l’OPB adopte comme tactique l’entrisme et le noyautage des postes à responsabilité. Le 4ième congrès de Paris instaure le vote dans l’organisation, mais les positions restent indicatives et n’engagent pas les groupes opposants ,néammoins, le vote va modifier les fragiles équilibres au sein de la fédération. Les individualistes, qui considéraient cela comme conduisant à la «dictature de la majorité», ne parviennent pas à s'y opposer...
  • 1951. Sur proposition du groupe Louise Michel (Maurice Joyeux), le 4e congrès de la FA, à Paris, instaure le vote dans l’organisation. Les positions restent indicatives et n’engagent pas les groupes opposants. Néanmoins, le vote va modifier les fragiles équilibres au sein de la fédération. Les individualistes, qui considéraient cela comme conduisant à la «dictature de la majorité», ne parviennent pas à s'y opposer.

[modifier] Seconde moitié du XXe siècle

[modifier] 1952

Après le congrès de Bordeaux au mois de juin, une première scission va se produire au sein de la FA. Plusieurs militants (Aristide et Paul Lapeyre, Arru, Vincey...) sont poussés vers la sortie ou quittent d'eux-mêmes la Fédération. La majorité de la FA décide, par 103 voix contre 45, que les votes s'effectueraient désormais par mandat, mais les opposants déclarent solennellement qu'ils ne reconnaissent aucune valeur à cette décision, et une première scission va en résulter en octobre.

Les militants qui ne se retrouvent pas dans la nouvelle orientation de la FA vont se réunir autour d'un bulletin, l'Entente anarchiste, bulletin de relation, d'information, de coordination, et d'étude organisationnelle du mouvement anarchiste. Le premier numéro est daté du 30 octobre 1952. Émanant du congrès du Mans du 11 octobre 1952, l'Entente est « un organe destiné à mettre en contact, en dehors de tout exclusivisme, les fédérations, groupes et individus, se réclamant de l'anarchisme ». Réunie notamment autour de Georges Vincey, Tessier, Louis Louvet, André Prudhommeaux, mais aussi deux individus louches qui vireront à l'extrême droite à l'occasion de la guerre d'Algérie, Raymond Beaulaton et Fernand Robert, l'Entente anarchiste apparaît clairement comme une tentative de sauvegarde d'un certain anarchisme, « opposé » à l'anarchisme-lutte de classe porté aussi bien par Georges Fontenis que par Maurice Joyeux. Dès le premier numéro, c'est à Raymond Beaulaton qu'il revient de fixer le débat et le sens des critiques : « Venons en directement au fait. L'unité anarchiste du lendemain de la guerre fut vite brisée. Il y a deux ans, au congrès de Paris, le système de consultation par le vote fut institué. En deux ans, cette unité fut détruite. »

[modifier] 1953

Suite au congrès de Paris, la FA se transforme en Fédération communiste libertaire (FCL) par un vote majoritaire de 71 mandats contre 61. (Les autres noms proposés étant « Parti communiste anarchiste » et « Parti communiste libertaire » !) La crise a cependant fortement affaibli l'organisation, car la FCL ne regroupe qu'environ 130 à 160 militant-e-s. Du 25 au 27 décembre se tient à Paris le congrès de la Maison verte (Montmartre), organise la reconstruction de la Fédération anarchiste (organisation synthésiste) à partir des groupes exclus et d'ancien-ne-s militant-e-s ayant quitté la FA les années précédentes au vu des pratiques jugées « léninistes » des communistes libertaires.

L'Entente anarchiste se dissout et ses militants intègrent la nouvelle FA. Des principes de base sont rédigés de façon à regrouper le plus grand nombre d'anarchistes, toutes tendances confondues. Un pari difficile à tenir, car Maurice Joyeux, initiateur de cette FA reconstituée, est obligé de faire des compromis avec les anarchistes individualistes de l'Entente. Il en résulte un mode de fonctionnement que Joyeux jugeait « impossible » : la prise de décision au consensus. 1953 est aussi l'année de parution du Manifeste du communisme libertaire de Fontenis.

[modifier] 1954

La FCL publie son « programme ouvrier », fortement inspiré du programme revendicatif de la CGT. À Paris est crée l'Internationale communiste libertaire (ICL), regroupant notamment les GAAP italiens, les espagnols de Ruta et le Mouvement libertaire nord- africain (MLNA), en opposition à l'Internationale anarchiste. L'ICL n'aura qu'une existence éphémère. La parution du Mémorandum du groupe Kronstadt, tout juste exclu de la FCL dénonce l'orientation « bolchevik » de la Fédération communiste libertaire et l'existence de l'organisme secret OPB. L'Association pour l'étude et la diffusion des philosophies rationalistes (AEDPR) est créée, propriétaire du journal et des œuvres, elle doit empêcher toute nouvelle prise de pouvoir à la FA. Le premier numéro du Monde Libertaire, organe mensuel de la FA paraît en octobre 1954, la crise a été dure, il restera mensuel pendant vingt-trois ans. La FCL garde le titre du Libertaire, elle diffuse également Jeune révolutionnaire puis la Jeune garde des travailleurs. Le 1er novembre 1954, l'insurrection algérienne éclate, et la FCL s'engage pour l'indépendance du peuple algérien. C'est le début d'une répression d'État contre la FCL.

[modifier] 1955

Gaston Leval quitte la FA et crée les Cahiers du socialisme libertaire. En novembre, une partie du groupe Kronstadt fonde le groupe Noir et Rouge. La FCL définit sa ligne de soutien à l'indépendance algérienne, le « soutien critique », qui peut se résumer ainsi : combatte le colonialisme, soutenir les fractions progressistes de la résistance algérienne, œuvrer à ce que la chute du colonialisme soit synonyme de transformation révolutionnaire de la société. Concrètement, les militants de la FCL « portent des valises » pour le MNA, la principale organisation de gauche algérienne. Un militant de la FCL, Pierre Morain, est condamné à la prison : c'est le tout premier Français incarcéré pour sa solidarité avec le peuple algérien.

[modifier] 1956

Des militants de l'ex-Entente anarchiste, regroupés autour de Robert et Beaulaton, quittent la FA et créent le 25 novembre à Bruxelles l'Alliance ouvrière anarchiste (AOA). L'AOA publie le périodique l'Anarchie, et dérivera vers l'extrême-droite au cours de la guerre d'Algérie. La FCL participe aux élections législatives de janvier à Paris et présente dix candidats. André Marty (un des anciens « mutins de la Mer noire », exclu du PCF et surnommé le « boucher d’Albacète » pour son action pendant la guerre d'Espagne) est sollicité pour être tête de liste FCL dans le 13e arrondissement, mais ne donne pas suite. La répression d'État s'accélère, les procès, la censure et les saisies du Libertaire se succèdent. Une partie des militants de la FCL (Fontenis, Philippe, Morain...) entrent dans la clandestinité pour échapper à la prison. Le Libertaire cesse de paraître en juillet, la FCL se désagrège. Le Mouvement libertaire nord-africain (MLNA), lié à la FCL, en butte à une répression féroce, se saborde. Des militants sortis de la FCL en novembre 1955 (groupes Kronstadt, Grenoble et Maisons-Alfort) fondent les Groupes anarchistes d'action révolutionnaire (GAAR). Ces derniers se veulent « l'expression de la tendance anarchiste communiste du mouvement libertaire ». Les GAAR vont éditer la revue Rouge et Noir dont le premier numéro paraît en Avril.

[modifier] 1957

Les GAAR rédigent leurs « Déclarations de principes », ils adoptent la plate-forme, c'est-à-dire l'unité tactique et idéologique, la responsabilité collective et soutiennent et les luttes de libération nationale (soutien au FLN algérien).

L'aventure de la FCL se termine définitivement avec l'arrestation des militants en cavale.

[modifier] 1960

Une Fédération anarchiste communiste (FAC) se créée à partir des GAAR, des contacts s'engagent avec la FA. À son congrès de Trélazé, la FA reconnaît la possibilité de constituer en son sein des tendances organisées.

[modifier] 1961

Les GAAR procèdent à leur dissolution. Noir et Rouge continue néanmoins de paraître.

La FAC scissionne : les groupes Kronstadt, de Maisons-Alfort, Lille, Strasbourg et Grenoble rejoignent la FA au congrès de Montluçon où ils s'organisent en tendance, l'Union des groupes anarchistes communistes (UGAC).

[modifier] 1962

Une deuxième tendance voit le jour en 1962 au sein de la FA : L'Union anarcho-syndicaliste. L'UAS naît lors d'une réunion à Niort en janvier 1962 et rassemble les groupes de Niort, Saintes, Bordeaux et Nantes qui viennent de rompre avec le Clado, Comité de liaison et d'action. L'UAS tente un rapprochement avec l'UGAC.

[modifier] 1964

L'UGAC reproduit les mêmes méthodes de l'OPB au sein de la FA (bulletin intérieur secret, entrisme et manœuvres pour s'emparer des postes à responsabilité...), les tensions s'aggravent et conduisent l'UGAC sauf les groupes de Strasbourg et Grenoble à quitter la FA au congrès de Paris.

[modifier] 1965

Un Comité de liaisons des jeunes anarchistes (CLJA) se met en place, il regroupe à titre individuel des militants de la FA, de l'UGAC, des FIJL (espagnols) et des groupes autonomes.

Des premières rencontres permettent de mettre en place les prémisses de l'Internationale des fédérations anarchistes (IFA). Maurice Fayolle édite ses Réflexions sur l'anarchisme.

[modifier] 1966

L'UGAC produit une politique frontiste qui la conduit à dériver vers des mouvements maoistes ou trotskystes (tendance pabliste). L'UGAC produit une brochure, Lettres au mouvement anarchiste international. Plate- formistes, ils affirment leur conviction de l'impossibilité de réunir toutes les tendances libertaires au sein d'une même organisation, et leur souhait de regrouper tous les anarchistes- communistes, et de former et s'insérer dans un mouvement révolutionnaire. Ils publieront six numéros de Perspectives anarchistes-communistes à partir de 1967 et ce jusque 1969. L'UGAC va disparaître et se transfomer en Tribune anarchiste communiste (TAC).

Une réunion de jeunes anarchistes d'Europe se tient à Paris.

Une Liaison des étudiants anarchistes (LEA) se créée également.

[modifier] 1967

Tentative de relancer l'Union fédérale anarchiste avec comme organe le Libertaire.

Les communistes libertaires vont se regrouper à nouveau dans la FA et créent en son sein une nouvelle tendance organisée, l'Organisation révolutionnaire anarchiste (ORA) qui édite la feuille l'Insurgé.

[modifier] 1968

Les 17 et 18 mars à Paris se réunissent des militants communistes libertaires. Membres de la Jeunesse anarchiste communiste (JAC), de la Tribune anarchiste communiste (TAC), de l'ex-FCL et des isolés ; ils se rencontrent à l'initiative de Georges Fontenis. La fin de l'année verra la création du Mouvement communiste libertaire (MCL) à la suite de cette rencontre.

La TAC participe au Comité d'initiative pour un mouvement révolutionnaire (CIMR) aux côtés de Krivine, Bensaid, Weber des Jeunesses communistes révolutionnaires (JCR), de militants du courant « pabliste » (trotskyste) et de militants communistes libertaire dont Georges Fontenis.

Le congrès de Carrare en Italie réunit l'Internationale des fédérations anarchistes (IFA), elle rassemble les FA française et italienne ainsi que la Fédération anarchiste bulgare en exil.

Une fraction de la FA est pour la tenue du congrès, une autre est contre. Comme la FA ne peut pas prendre de décisions, deux délégations sont envoyés à Carrare, dont l'une expliquera simplement pourquoi une partie de la FA est contre la tenue de ce congrès. Cette années voit également la naissance officielle de l'ORA, tendance organisée au sein de la FA.

En 1968, on peut citer comme organisation ou revues qui se réclament du « mouvement » libertaire : la Fédération anarchiste, le Mouvement communiste libertaire, l'Union fédérale des anarchistes, l'Alliance ouvrière anarchiste, la Tribune anarchiste communiste, l'Union des groupes anarchistes communistes, Noir et Rouge, la Confédération nationale du travail, l'Union anarcho-syndicaliste, l'Organisation révolutionnaire anarchiste et des groupes divers (autonomes, spontanéistes, conseillistes, situationnistes...), ainsi que les Cahiers socialistes libertaires de Leval, À contre-courant de Louvet, La Révolution prolétarienne, et les revues individualistes déjà citées, d'Emile Armand.

[modifier] 1969

Création de la Fédération Anarchiste Communiste d’Occitanie (FACO) par Guy Malouvier, qui adhère à l’ORA.

L'ORA se détache de la FA et se constitue en organisation spécifique. Les anciens combattants de la guerre d'Espagne appuient la scission en offrant à l'ORA l'usage de leurs locaux du 33, rue des Vignoles (Paris 20e).

Daniel Guérin écrit « Pour un marxisme libertaire ».

L'Union des groupes anarchistes communistes s'autodissout. Son journal, Tribune anarchiste communiste (TAC) poursuivra sa parution jusque dans les années 1990.

[modifier] 1970

Le 31 janvier, c'est la création officielle de l'Alliance syndicaliste révolutionnaire et anarcho-syndicaliste (ASRAS), à Paris. Elle deviendra plus tard l'Alliance syndicaliste avec comme organe Solidarité ouvrière.

Le groupe Pour une critique révolutionnaire fait paraître à Charenton Fin de l'ère chrétienne.

[modifier] 1971

Le MCL et l'ORA tentent un rapprochement qui échoue malgré l'intervention et la médiation de Daniel Guérin. En juillet, un groupe du MCL rejoint l'ORA. Quatre groupes de l'ORA rejoignent le MCL et donnent naissance à la première Organisation communiste libertaire (OCL-1) lors d'un congrès constitutif à Marseille.

L'OCL a des contacts avec la gauche marxiste autour de thèmes favorables au conseillisme.

Une Confrontation anarchiste (CA) se met en place à partir de militants de la FA, rejoints par l'UFA et quelques groupes autonomes. Guy Malouvier quitte l'ORA après des désaccords portant entre autres sur la question nationale, et crée la Fédération anarchiste communiste occitane.

Du 1er au 4 août, l'Internationale des fédérations anarchistes tient à Paris son 2e congrès.

À partir de juillet, création des cercles Front libertaire qui représentent la structure d'accueil des sympathisants de l'ORA. Leur appartenance n'entraîne pas une adhésion systématique à l'ORA.

Des militants quittent l'ORA pour rejoindre l'Union communiste de France (groupe maoïste ultra-stalinien).

[modifier] 1972

Des groupes quittent la FA pour rejoindre Confrontation anarchiste. Cette dernière publie un bulletin, Combat anarchiste, et un périodique, Commune libre.

De 1971 à 1976, c'est la tendance non organisationnelle qui va être majoritaire dans cette « Confrontation ».

Exclusion de militants de l'ORA qui appuyaient les « candidatures révolutionnaires uniques » aux législatives. Une minorité d'entre eux va renforcer Lutte Ouvrière, tandis que la majorité rejoint la Ligue communiste.

[modifier] 1973

Rupture du groupe Poing noir avec la FA sur des bases organisationnelles.

Intégration des cercles FL à l'ORA.

[modifier] 1974

Naissance du groupe Marge, qui cherche à rassembler tous les marginaux (délinquant(e)s, prostitué(e)s, anciens prisonniers, toxicomanes, homosexuel(le)s, travestis, squatters…)

Création du Groupe d'action et d'études libertaires (GAEL) à partir du groupe Poing noir, rejoint par d'autres libertaires non organisationnels.

Parution de Lanterne noire, revue qui accueille des anciens de Noir et Rouge (disparue) et des libertaires dInformations et correspondances ouvrières (disparue à ce moment-là).

L'OCL éclate définitivement après sa dérive conseilliste qui date de 1971. Le reste de ses militants, renforcé par la venue de deux groupes scissionnistes de l'ORA, fonde une nouvelle organisation et revue, Rupture. Celle-ci veut contribuer à « l'élaboration du projet communiste à l'émergence d'un mouvement communiste radical ». Cette orientation ultra-gauche va les conduire vers les groupes « autonomes ». cette organisation disparaîtra très rapidement.

Après les grèves de 1974 dans les banques, le rail et aux PTT, naît une tendance ouvriériste et syndicaliste révolutionnaire au sein de l'ORA. Cette tendance, baptisée Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL), critique la composition majoritairement étudiante de l'ORA, ses dérives ultra-gauche (antisyndicalisme) et sa confusion politique qui conduit des militants de valeur à la quitter pour la LCR ou d'autres organisations marxistes.

5 décembre : arrestation de Jean-Marc Rouillan à Paris.

[modifier] 1976

Congrès de l'ORA à Orléans, qui entérine l'exclusion de la tendance UTCL, et se rebaptise Organisation communiste libertaire (OCL 2e manière). L'OCL publie Front libertaire et un premier numéro de Pour l'autonomie ouvrière et l'abolition du salariat.

En avril, les exclus de l'ORA créent un collectif pour une Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL). Ils se dotent d'un organe de presse : Tout le pouvoir aux travailleurs (TLPAT) au début de l'année 1977.

Confrontation anarchiste éclate et donne naissance à l'Organisation combat anarchiste (OCA) sous l'impulsion des organisationnels.

[modifier] 1977

Mai : libération de Jean-Marc Rouillan et des militants des GARI (Groupes d'action révolutionnaire internationalistes).

30 et 31 juillet : manifestation antinucléaire à Creys-Malville.

19 octobre : première réunion de l'Assemblée parisienne des groupes autonomes (APGA), suite à la mort des prisonniers de la RAF. En décembre, l'APGA publie L'Officiel de l'autonomie.

Fin octobre se déroule à Paris la Conférence nationale des travailleurs libertaires. Celle-ci est convoquée à l'initiative de l'AS, du Groupe anarcho-syndicaliste (GAS) de Rouen et de l'UTCL. La FA, la CNT et l'UAS sont présents à titre d'observateurs.

Le Monde libertaire devient hebdomadaire.

[modifier] 1978

Parution de Matin d'un blues, revue de l'Autonomie désirante.

21 et 22 janvier : à Strasbourg, la police empêche le rassemblement prévu contre l'Espace judiciaire européen.

Les 25 et 26 février se réunit le congrès constitutif de l'UTCL. Du 23 au 27 mars se réunit à Carrare le 3e congrès de l'Internationale des fédérations anarchistes (IFA), le secrétariat IFA est désormais assuré par la FA Italienne... La FA reconnaît désormais dans ses principes de base la lutte des classes.

Au printemps, autodissolution de l'APGA.

Départ de la FA de quelques groupes et militants en désaccord sur l'intégration de ce concept dans les principes de base qui régissent le fonctionnement de la fédération. Ils fondent l'Union anarchiste (UA) avec le Libertaire comme organe.

En septembre se réunit à Rouen la Conférence nationale des anarcho-syndicalistes (CNAS) à l'initiative du GAS de Rouen et de l'AS. Y sont présents des groupes FA, la FA à titre d'observatrice, ainsi que la CNT (Vignolles), la CNT (Tour d'Auvergne), l'UAS, le Syndicat autonome des travailleurs (SAT) de Lyon et des individuels.

[modifier] 1979

Autodissolution de Marge. En mars, CNAS à Lyon. Le quinzomadaire Front libertaire disparaît. Daniel Guérin puis Georges Fontenis sont admis au sein de l'UTCL. Première apparition d'Action Directe avec le mitraillage du siège du patronat le 1er mai.

28 août : hold-up à la perception de Condé-sur-l'Escaut, dans le Nord : 16 millions de francs de butin.

[modifier] 1980

Les 27 et 28 mars, 32 personnes sont arrêtées dans le cadre de l'enquête sur Action directe.

Les contacts entre l'UTCL et l'OCA aboutissent à l'intégration de cette dernière dans l'UTCL. Le journal Lutter de l'OCA deviendra par la suite le journal de l'UTCL. L'OCL publie désormais le mensuel Courant alternatif.

Le travail d'infiltration d'un indicateur de police (Gabriel Chahine) permet l'arrestation le 13 septembre d'une dizaine de militants d'Action directe (dont Jean-Marc Rouillan et Nathalie Ménigon).

[modifier] 1981

C'est le congrès de la Fédération anarchiste qui, en mai, signe l'acte de naissance de Radio libertaire, en plein boom des radios libres. La première émission commence le 1er septembre.

Le 10 juin, cinq personnes accusées du hold-up de Condé-sur-l'Escaut sont arrêtées. Le 7 août, la plupart des prisonniers politiques sont amnistiés : Jean-Marc Rouillan est libéré.

22 août : début de la grève de la faim en prison de Nathalie Ménigon et des accusés du hold-up de Condé-sur-l’Escaut.

17 et 26 septembre : Nathalie Ménigon et la plupart des prisonniers en grève de la faim sont libérés pour raison médicale

Octobre : libération du dernier prisonnier en grève de la faim.

[modifier] 1983

Création de la Coordination Libertaire Étudiante (CLE).

Le 29 août, les CRS investissent le studio de « Radio libertaire » et saisissent le matériel, le 3 septembre, une manifestation de cinq mille personnes pour la liberté d'expression obtient une fréquence pour « Radio libertaire ».

[modifier] 1984

Arrestation à Avignon d'Hellyette Bess, d'Action directe. Apparition des premiers groupes SCALP (Section carrément anti Le Pen). Au mois de juin, un attentat au palais des congrès de Toulouse entraîne l'annulation du meeting prévu par Jean-Marie Le Pen.

[modifier] 1985

25 janvier : assassinat du général Audran (revendiqué par Action directe. Émissions à Paris de Radio Mouvance.

Parution du numéro 7 et dernier de L'Assommoir : « Les Habits neufs de la pensée. Nécrose des idéologies et métastases de la modernité ». Allusant à l'assassinat de Jacques Mesrine, les responsables de la revue intitulent leur texte de présentation « Le poison des prochaines années ».

[modifier] 1986

Emissions à Paris de Radio Pirate.

Des groupes antifascistes se réunissent pour constituer la Coordination nationale antifasciste (CNAF). Mouvements de jeunesse très liés à la scène du rock alternatif, les Scalp auront du mal à se structurer durablement et la CNAF disparaît à la fin des années 1980. Premières parutions de la revue REFLEXes, publiée par le Réseau d'études sur le fascisme et de lutte contre l'extrême-droite et la xénophobie (SCALP-REFLEX).

Le 4e congrès de l'IFA se tient à Paris les 31 octobre, 1er, 2 et 3 novembre, il réunit une quarantaine de délégations, la FA française récupère le mandat du secrétariat IFA.

À la faveur du mouvement étudiant contre Devaquet naît le Collectif jeunes libertaires (CJL) qui bientôt va s'adosser à l'UTCL.

17 novembre : assassinat du PDG de Renault, Georges Besse (revendiqué par Action directe).

[modifier] 1987

21 février : Arrestation à Vitry-aux-Loges de Jean-Marc Rouillan et Nathalie Ménigon.

[modifier] 1989

Création d'un collectif anticarcéral à l'occasion du bicentenaire de la prise de la Bastille : les "Sans-cravates", qui organisent une manifestation le 13 juillet au soir devant la prison de la Santé.

[modifier] 1990

Une centaine de militants issus de l'UTCL, de la FA, du CJL, de l'OCL et de la TAC, lancent un « Appel pour une alternative libertaire » qui veut regrouper les communistes libertaires dans une même organisation.

Premiers numéros de Apache, journal des scalpeurs parisiens.

[modifier] 1991

Congrès constitutif d'Alternative libertaire (AL), qui échoue à demi à regrouper largement les communistes libertaires. L'UTCL et le CJL s'autodissolvent et leurs militants rejoignent AL, qui publie son « Manifeste pour une alternative libertaire » et désormais le mensuel Alternative libertaire. S'inspirant des théories de Daniel Guérin cherchant la synthèse entre l'anarchisme et le marxisme, de Castoriadis (Socialisme ou barbarie)... elle se revendique du communisme libertaire, de l'anarcho-syndicalisme et du syndicalisme révolutionnaire.

[modifier] 1992

Après une crise identitaire et politique — l'antifascisme est nécessaire mais pas suffisant — la volonté de refonder un réseau parmi les groupes antifascistes et alternatifs se matérialise par la création du réseau No pasarán. À Paris, le groupe « Apache » quitte le SCALP. Le SCALP parisien prend le nom de "SCALP-REFLEX".

[modifier] 1993

Premiers numéros de Cette Semaine. À l'origine hebdomadaire, puis mensuel, le journal paraîtra par la suite quatre fois par an.

La Confédération nationale du travail scissionne sur la base de désaccords sur les élections professionnelles, la CNT « Vignoles » regroupe la majeure partie des militants, une minorité reste à la CNT-AIT. Création de nouvelles sections au syndicat de l'éducation de la CNT-Vignoles : la Formation action universitaire (FAU) et la Formation action lycéenne (FAL).

11 novembre : grand rassemblement anarchiste à Paris, place de la République. Toutes les organisations libertaires sont présentes.

Décembre : création à Paris de la Coordination des sans-abris (CDSA) (dont bon nombre de membres se réclament de l'anarchisme et auquel se joignent les militants de l'UA et de la CNT-AIT). Pendant un mois, la CDSA campe devant le ministère des Affaires sociales.

[modifier] 1994

À Paris, la CDSA ouvre un squat avenue de Breteuil, dans le 7e arrondissement. Expulsée durant l'été, elle s'installe alors au 9 rue saint-Sauveur (2e). Un collectif autonome est créé à l'occasion du mouvement anti-CIP : le « MARS » (Mouvement d'action et de résistance sociale). Naissance de TCP ("Travailleurs, chômeurs, et précaires en colère") au sein de la Coordination des sans-abris. En septembre, Audry Maupin est tué à Paris au cours d'une fusillade avec la police.

[modifier] 1995

Le 21 janvier, Jacques Chirac est pris à partie par des militants de la Fédération anarchiste au cours d'une émission de Canal+. Campagne de TCP contre les vigiles du métro (TRAUM, Tribune de résistance active des usagers du métro). La FA exclue l'Union des Anarchistes de Radio Libertaire. En décembre, la CNT-FAU s'allie avec l'UNEF pour contrer l'UNEF-ID à la coordination nationale étudiante. Le SCALP participe à la création du CAMI (Collectif d'aide aux manifestants interpellés).

Publications :

  • La Dynamite, journal de la FAL, qui prend brièvement le nom de "Formation Anarchiste Lycéenne".
  • Tic-Tac : sept numéros jusqu'en 1996. "T...I...C, T...A...C..., T'es ici, t'en as assez, Tic-Tac, Si t'en as ta claque de tout ce mic-mac, Sois frénétique, freine pas l'attaque, Pas fanatique mais feinte l'attaque, Sois systématique, le système attaque, Pas trop plastique et place ta claque".

[modifier] 1996

Autodissolution de la Coordination Des Sans-Abris et expulsion du squat de la rue Saint-Sauveur. À Paris, le collectif "Des papiers pour tous" multiplie les actions de solidarité avec les étrangers en situation irrégulière en lutte, avec notamment l'occupation du siège du RPR le 22 août, la veille de l'expulsion de l'église Saint-Bernard.

En décembre, la CNT « Vignoles » est exclue de l'Association internationale des travailleurs (AIT) au congrès de Madrid : la CNT-AIT est reconnue comme la seule section française de l'AIT.

[modifier] 1997

Le 5e congrès de l'Internationale des fédérations anarchistes se tient à Lyon, le mandat de secrétaire de l'IFA incombe désormais à Massimo. L'IFA regroupe la FA française, la FA italienne (FAI - Federazione anarchisti italiano), la FA ibérique (Espagne et Portugal, FAI - Federación anarquista ibérica), la Fédération libertaire argentine (FLA - Federación libertaria argentina), la FA anglaise (AF - Anarchist Federation).

Apparition éphémère d'une Coordination de résistance et de lutte anti-capitaliste (CRELAC) qui ne durera que quelques mois. Création à la CNT-Vignoles (CNT-F) d'un Comité d'action chômeurs qui participe durant l'été aux premières occupations des ANPE et des bureaux des ASSEDIC. La lutte se cristallise alors sur la question de l'augmentation du RMI.

Incarcération à Paris d'un anarchiste italien (n'ayant aucun lien avec la Fédération Anarchiste et aucun rapport avec le Massimo précédemment cité) : Massimo Passamani. Un comité se crée pour obtenir sa libération : le Comité pour la Défense de Massimo Passamani.

[modifier] 1998

Libération de Massimo Passamani. À Paris, l'Assemblée Générale des chômeurs de Jussieu organise des actions quotidiennes dans la capitale (pillage d'un magasin Cash Converter, autoréduction au restaurant Le Fouquet's, occupation de la bourse du commerce…). Le 30 juin, lors d'une occupation du Conseil constitutionnel, un étudiant déchire un exemplaire original de la Constitution de 1958 et écrit sur la première page : "La dictature capitaliste est abolie. Le prolétariat décrète l'anarchie et le communisme".

Création du Collectif anti-expulsion (CAE) en solidarité avec les étrangers en situation irrégulière. Le CAE intervient chaque semaine dans les aéroports, à Roissy et Orly, pour s'opposer physiquement aux expulsions de « sans-papiers ». Disparition de Apache. Parution de Karoshi, revue anti-travail contre le revenu garanti. Naissance de Tiqqun, revue de métaphysique post-situationniste.

[modifier] 1999

Le 23 janvier, à l'appel du CAE, 200 personnes occupent le toit de l'hôtel Ibis à Roissy, dont le premier étage est à l'époque utilisé comme centre de rétention administrative. Dans la soirée, les bars de deux autres hôtels Ibis sont pillés pour obtenir la libération des personnes arrêtées au cours de l'occupation.

[modifier] 2000

Premiers numéros de Tout le Monde dehors !, "Feuille d'info sur les prisonniers en lutte".

Le 5e congrès d'Alternative libertaire décide d'un « tournant vers la visibilité », après presque dix ans d'immersion dans les mouvements sociaux, au détriment de la construction d'AL. Création de l'association des Amis d'AL pour aider à en financer les projets. Le mensuel Alternative libertaire augmente son tirage et passe en distribution publique.

Création du collectif "Pour en finir avec toutes les prisons" et du journal de prisonniers L'Envolée lié à l'émission de radio du même nom qui émet sur Fréquence Paris Plurielle. Le collectif réunit notamment Act Up et le MIB (Mouvement de l'immigration et des banlieues). Le soir de la fête de la musique, un concert est organisé devant la prison de la Santé. Le 4 novembre, 500 personnes manifestent à Paris pour l'abolition des prisons.

[modifier] 2001

La plupart des organisations réunies dans "Pour en finir avec toutes les prisons" quittent le collectif.

Le 1er avril, à l'initiative de la CGT espagnole a lieu à Madrid une réunion internationale libertaire à laquelle assistent AL, No pasarán, l'OSL argentine, la FAG brésilienne, la FAU uruguayenne, Al Badil al Chooi al Taharouri (Alternative communiste libertaire, Liban), l'ORA tchèque, l'OSL suisse, l'Unicobas italienne, la SAC suédoise, le CIPO-RFM (Mexique), Apoyo Mutuo (Espagne) et la CNT-Vignoles.

Ces organisations — à l'exception de la CNT-Vignoles — décident de constituer le réseau Solidarité internationale libertaire (SIL), auquel s'associent bientôt l'OCL puis l'OLS (en 2003) françaises, la Nefac nord-américaine, la ZACF sud-africaine, la FDCA italienne et l'AUCA argentine.

Le réseau SIL se lance dans un projet de solidarité concrète avec les organisations libertaires d'Amérique du Sud, pour les doter en logistique.

Mobilisation en faveur de Werner Braeuner, un anarchiste allemand au chômage incarcéré pour le meurtre de son directeur d'ANPE : le 9 juillet, le consulat allemand de Paris est occupé.

Plus de 500 personnes signent un appel à l'unité du mouvement libertaire [1]. Cette dynamique crée un climat favorable à la rencontre des différentes organisations et à la mise sur pied d'initiatives unitaires (voir 2003).

[modifier] 2002

L'Union régionale du sud-ouest (URSO – Toulouse, Perpignan et Montpellier...) de la FA se défédère lors du 59e congrès de Rouen sur des désaccords organisationnels et se constitue en Coordination des groupes anarchistes (CGA). La CGA publie le mensuel Infos et analyses libertaires.

Du 19 au 28 juillet, un campement No Border est organisé à Strasbourg.

[modifier] 2003

Dissolution du collectif "Pour en finir avec toutes les prisons" dans une éphémère "Coordination anticarcérale européenne" qui disparaît l'année suivante.

Le réseau No pasarán se scinde en deux au mois de juin, Offensive libertaire et sociale (OLS) voit le jour et édite un trimestriel Offensive. La CGA édite ses statuts et adopte notamment le vote majoritaire aux trois quarts.

La Convergence des luttes anti-autoritaires et anticapitalistes (CLAAAC) se forme à l'initiative de la FA, d'AL, de l'OCL, de la CNT-F, la CGA, de l'OSL suisse et de No pasarán en opposition à la tenue du G8 à Évian et participe à la création du Village Alternatif, Anticapitaliste, et Antiguerre (VAAAG), qui se tient du 26 au 30 mai.

Automne : création du Réseau Libertaire de Nanterre.

Du 11 au 16 novembre, les mêmes organisations se joignent à l'initiative de la Fédération anarchiste d'organiser un forum social libertaire à Saint-Ouen en parallèle au Forum social européen de Saint-Denis. Le 15 novembre, des affrontements ont lieu avec le cortège du Parti socialiste lors de la manifestation du FSE. Le soir, 200 personnes sont arrêtées en manifestant devant la prison de la Santé à l'appel de la coordination anticarcérale.

Alternative libertaire ouvre ses locaux publics à Paris, rue d'Aubervilliers.

Publications :

  • Appel : appel à la création de communautés autonomes.
  • Asymétrie : "bulletin communiste pour la guerre civile".
  • Macache : "Macache : expression de la négation, rien. Rien, parce que de cette société de classe il n'y a rien à vouloir, de sa démocratie rien à attendre, Rien, parce que face au capital, il n'y a rien à négocier, face à l'État rien à revendiquer. Rien, rien que la guerre sociale !"

[modifier] 2004

Mobilisation à Nanterre contre la politique sécuritaire de l'université.

En Avril se réunit à besançon le 7e Congrès de l'Internationale des fédérations anarchistes qui consacre l'adhésion de l'Anarchist federation (anglaise), de la CSAF (Tchèque et slovaque) et de l'ADA (Association des mouvements anarchistes russes). À la suite de son congrès de Rennes en mai, plusieurs groupes de la FA (Lyon, Lille, Nantes, Lannion) se défédèrent à leur tour.

En Octobre le Monde libertaire souffle sa cinquantième bougie.

Mai : Création du groupe libertaire Place Libre et du forum du même nom.

En novembre se tient le VIIe congrès d'Alternative libertaire, à Angers.

Décembre : Parution de Vidange : technophobie, squats, et lutte contre la répression.

[modifier] 2005

Parution de Outrage : bulletin édité par Action-K (collectif de propagation de contre-culture).
Autodissolution du CAE.
Premier numéro du Jobar : information classiste, " diffusé en banlieue, loin des organisations libertaires...".

[modifier] 2006

La Convergence des luttes anti-autoritaires et anticapitalistes (CLAAAC) et anti-nucléaires continue sur sa lancée en parallèle à la manifestation anti-EPR à Cherbourg et participe à la création du VAAAN Village anti-capitaliste, autogéré et anti-nucléaire, qui se tient du 15 au 17 avril.

Le 8ème congrès d'Alternative libertaire se tient en octobre à Agen.


[modifier] 2007-2010

Parution de Non-Fides[1] et de Rebetiko (Chants de la plèbe)[2].

[modifier] Aujourd'hui

En 2010, le panorama libertaire est composé d'une bonne dizaine d'organisations : la Fédération Anarchiste, et Alternative Libertaire, le réseau No pasarán, l'Organisation Communiste Libertaire, la Coordination des Groupes Anarchistes , l'Offensive Libertaire et Sociale, la CNT-AIT, le GARAS, la Coordination anarchiste, l'Union anarchiste...

Il faut mettre à part la CNT-Vignoles qui souhaite se situer exclusivement dans le champ syndical et ne plus se voir accoler l'étiquette libertaire.

Au niveau international existent une Internationale des fédérations anarchistes (IFA), Solidarité internationale libertaire (SIL) et l'Association internationale des travailleurs (AIT).

[modifier] Voir aussi

[modifier] Notes



  • Cet article est partiellement ou en totalité issu de Wikipedia.
"Chronologie du mouvement libertaire en France" en :